Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs







Charles B. Chatillon la Palud
Je suis un ancien d'Osmoy, je suis arrivé en août 1951 et je suis resté 3 ans. J'avais cinq mais je me souviens bien. Il y avait un couple qui s'occupait de nous Mr et Mme Content ; qu'est-ce qu'elle était gentille cette dame. J'ai encore une photo prise contre les barrières en ciment. Je suis passé à Osmoy en partant en vacances pour faire voir l'Orphelinat à ma femme en 2004 [...]. Malgré la rigueur, j'en qarde un bon souvenir et cela m'a servi pour rester dans la droiture. (21/01/16)
Didier S. Luzinay
Bénéficiaire il y a de nombreuses années, à la suite du décès de mon papa, je m'en veux de ne pas avoir contribué plus tôt. Je répare aujourd'hui cette erreur et je salue votre action qui apporte un fort soutien et donne de l'espoir aux jeunes orphelins. Merci de tout cœur pour votre engagement. (09/01/16)
Lauranne S. Paris
Orphéopolis m'a soutenue tout au long de mes études. Cette présence a été fondamentale pour moi. Ça a été comme une vraie famille. Aujourd'hui, j'ai pu sensibiliser mon entreprise aux actions d'Orphéopolis, qui a donc décidé de faire un don généreux. Je suis très fière de pouvoir rendre l'ascenseur, de donner à ceux qui m'ont aidée un jour, à une période importante de ma vie. (20/10/15)
Marcel V. Tinqueux
Je suis un ancien d’Osmoy de la rentrée scolaire de 1956 à 1959 ou 1960 ! J’espère que mes souvenirs sont exacts car à l’époque j’avais 6 ans. Comme certaines personnes, j’ai voulu tourner la page mais maintenant, à 66 ans, des souvenirs me manquent et je n’ai aucune trace. Ce point me gêne beaucoup car je commence seulement à en parler à mes enfants et petits enfants. Je n’ai aucune photo, aucune lettre que les souvenirs d’un gosse de 6 à 9 ans. C’est à Osmoy que j’ai appris la rigueur, le respect des autres, mais surtout toujours rester droit dans la vie. Cela apporte parfois des désillusions mais le solde reste largement positif, bien qu’à 6 ans l’on ne comprenne pas toujours le pourquoi des choses, mais l’éducation reste. Amicalement. (15/09/15)
Bernard K. Broye
Je n'ai pas connu Orphéopolis, mais Osmoy, en 1961. Je n'oublierai jamais, ça a marqué le sens de ma vie. À l'époque, nous étions bien seuls et démunis face à l'absence parentale ; la fratrie déchirée, le repli sur soi. Orphéopolis semble plus adaptée aux enfants aujourd'hui. Bravo !
christelle f. Ugine
Moi, je remercie toute l'équipe d'Osmoy, surtout "Fifoune". J 'ai été à Osmoy à la suite du décès de mon papa, entre 1990 et 1992. Alors gros bisous à toute l'équipe.
Olivier L. St Rambert en Bugey
Quand on partait définitivement de l'orphelinat nous étions contents.
Madame Murat, qui était ma maitresse de CM1, nous disait: "Tu verras, tu regretteras...". Et nous de répondre :"Non, je ne crois pas".
Elle avait raison. Quand je suis parti, je n'ai jamais retrouvé de si bons camarades, de si bons professeurs et de si bonnes personnes pour s'occuper de moi. Un mois plus tard, tout d'Osmoy me manquait. Les odeurs, les paysages, l'ambiance, l'esprit de camaraderie, enfin tout.
Elle avait raison j'ai regretté.
Sandrine V. Manonviller
Il n'est jamais facile de perdre son père, surtout lorsqu'on a 9 ans. Encore moins de se trouver séparée de sa mère et ses frères et soeurs, quelques mois après cette disparition ; mais si je suis ce que je suis devenue aujourd'hui c'est certainement en grande partie à l'orphelinat d'Osmoy où j'ai séjourné 5 ans. Lorsque j'y pense, il ne me reste que de beaux moments et des amis de plus de 38 ans! Merci.
Bernard T. La Forge
Les 11 années passées à Osmoy m'ont permis une éducation exemplaire et riche en événements. Ce séjour commencé en 1959 restera dans l'histoire de ma vie. Souvent j'y pense. Malgré la mort dramatique de mon père brigadier de police, j'ai l'impression que l'orphelinat m'a permis de continuer à vivre presque normalement. Merci.
Patrick B. Kensington MD USA
Chers toutes et tous,
Plus le temps passe et plus je mesure à quel point les 5 années passées à Osmoy m'auront été bénéfiques, merci beaucoup... Avec mes plus respectueuses et chaleureuses pensées pour les merveilleuses personnes qui étaient à Osmoy jadis et toute mon affection pour les petits et grands enfants qui se succèdent aujourd'hui à Orphéopolis et pour celles et ceux qui les accompagnent au quotidien.
Audrey F. Agde
un grand merci à Orpheopolis d'Agde qui m'a aidé à me reconstruire.Je suis arrivée à Orphéo à 18 ans et j'y suis restée 3 ans. C'était fantastique. Merci aux éducateurs pour leur aide ainsi qu'à toute l'équipe.
Jean-Pierre V. ancien pensionnaire d’Osmoy et donateur
« Osmoy m’a apporté beaucoup en termes de discipline, de cadre. J’aurais peut-être mal tourné si j’étais resté livré à moi-même. J’ai bénéficié d’excellentes conditions de travail. Ma position aujourd’hui, je la dois en grande partie à l’Orphelinat. Rien ne remplace un père disparu trop tôt mais Osmoy m’a permis de faire l’apprentissage de la vie en groupe, avec ses bons et mauvais côtés. »
Marc D. Saint-Victor Malescours
« Ancien pensionnaire d’Osmoy, je suis à mon tour devenu policier. J’exerce ma fonction à Saint-Etienne et je suis à mon tour devenu papa de deux garçons. Notre métier nous expose davantage chaque jour et l’existence de cette institution mérite d’être encouragée afin qu’elle puisse poursuivre son œuvre comme elle l’a toujours fait depuis maintenant près de 90 ans. La roue peut tourner un jour et on ne sait de quoi sera fait le lendemain ! Je tenais à remercier l’ensemble du personnel qui s’investit chaque jour auprès de nos jeunes orphelins pour leur apporter du réconfort et du soutien. »
Madame C. L. Haudainville
« J'ai perdu ma mère à 3 mois et mon père remarié, est décédé en 1983. Celui-ci était policier mais j'ai eu de la chance d'avoir ma famille. Je vous félicite pour le travail que vous faites, de protéger les orphelins et les aider pour leur avenir, car ils en ont besoin. Mon fils de 11 ans veut être policier comme son grand père. Je l'encourage. Continuez aussi à faire les colonies, on s'y sent bien. J'allais en colonie à Charlieu et c'était super. »
Harold D. Maxeville
« Je souhaite vous aider en faisant un don car, il y a plusieurs années, j'étais bénéficiaire. Ma maman est partie en avril 1972 en laissant mon papa avec 2 enfants. Après de nombreuses années de silence, je reviens naturellement aider. Je suis marié et j'ai 2 enfants. Merci à ceux qui se dévouent pour que tous les enfants qui sont dans mon cas soient heureux et puissent se reconstruire avec tout l'amour que l'on peut leur apporter. Encore bravo pour vos efforts et il n'était pas concevable que je puisse rester sans rien faire. Cordialement. »