Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs







Denise Fabre Marraine des 90 ans de notre institution
"C'est toujours avec beaucoup de fierté et d'émotion que je vous retrouve. Vingt ans ont passé... Vous n'avez pas changé et vos valeurs sont plus que jamais présentes ! Un grand bonheur pour moi de fêter avec vous ce 90e anniversaire !" Le 9 octobre 2011
Anh-Dao Traxel Présidente de l’Etoile Européenne du Dévouement Civil et Militaire
« Je vous remercie pour l’engagement que vous menez avec tant de dévouement et cela au profit des orphelins. La nation ne doit pas oublier ceux qui ont payé de leur vie en servant avec héroïsme notre République ».
Laeticia Hallyday Marraine du village d’Agde
« Bravo pour tout ce que vous faites, je suis en admiration. J’ai participé à de nombreux projets, mais de voir le sourire d’un enfant, c’est merveilleux. De voir ces enfants vivre au jour le jour, avec des gents qui donnent beaucoup d’amour. » Janvier 2002.
Renaud . chanteur
« Un orphelin, c’est un orphelin ; qu’il soit fils de professeur, de flic, de pompier… Quant aux orphelins de la police, on sait à quel point le métier de leur père est ingrat, dangereux, difficile, souvent mal vu par la jeunesse. J’ai donné la première fois suite à une année où j’avais été particulièrement frappé par le nombre hallucinant de victimes dans la police. »
Jean Amadou chroniqueur et humoriste
« Il y a en France quelques millions de fonctionnaires. Les flics sont les seuls à risquer leur vie. Il nous arrive parfois, moi le premier, de râler à leur égard pour une contravention. Lorsque l'une de ces femmes, l'un de ces hommes est assassiné la Légion d'Honneur qu'on épingle sur leur cercueil apparaît bien dérisoire au regard de la détresse de leur famille et de la solitude de leurs enfants.
Ces enfants, Orphéopolis les prend en charge et assure leur scolarité jusqu'à leur majorité. Le moins que l'on puisse faire est de l'aider dans cette tâche. Cela ne nous empêchera pas de râler au prochain papillon que nous trouverons sur notre pare-brise, mais une contravention est si peu de chose au regard d'une vie brisée et de gamins orphelins. Ces gamins, nous leur devons bien ça, et même, voyez-vous, ayant fait ce geste, nous leur sommes encore redevables. »